La ligue des auteurs professionnels, une réponse suffisante ?

Le 6 septembre dernier s’est formée une association entendant défendre la cause des auteurs dans un environnement économique et social de plus en plus instable pour ces derniers. La ligue des auteurs professionnels, c’est son nom, souhaite notamment casser le mythe des auteurs « privilégiés » par le simple fait qu’ils exercent ce que beaucoup ne considèrent pas comme un « vrai métier », l’assimilant à une « passion » pour laquelle nous serions supposément en euphorie permanente lorsque nous la pratiquons. L’association souhaite être à la pointe de débats concernant la reconnaissance des auteurs à travers la revendication d’un statut social spécifique ainsi que l’amélioration générale de leurs rémunérations.

De prime abord, rien à y redire de mon point de vue d’auteur débutant, non ? Effectivement, la nécessité d’un statut d’auteur me semble évidente ; j’ai d’ailleurs été très étonné en découvrant qu’il n’existait rien de tel lorsque je m’étais lancé dans l’aventure de l’auto-édition… Les auteurs sont dans un néant juridique au niveau de leur activité ; ni indépendants, ni entrepreneurs, ni salariés et administrativement liés à leurs éditeurs pour la moindre broutille. Cela ne peut pas durer. Un tel statut va non seulement offrir une légitimité aux auteurs, mais en plus, en toute logique, les rendre plus autonomes. Et je ne peux que m’en réjouir et soutenir la ligue sur ce point.

L’essentiel de mon propos va cependant porter sur le combat que souhaite mener cette association au niveau des rémunérations, en particulier sur le domaine me concernant : les livres. Ce n’est officiellement dit nulle part, mais les diverses réactions que j’ai pu observer jusqu’à présent tendent à me faire croire que la ligue veut porter cette question très délicate dans le secteur traditionnel du livre.

Continuer la lecture de « La ligue des auteurs professionnels, une réponse suffisante ? »